Journée mondiale des villes à l'UNESCO: les maires de la génération Y appellent à des villes inclusives et humaines

Paris – France
Nancy – France
Bologna – Italie

À l’occasion de la Journée mondiale des villes, le Siège de l’UNESCO à Paris a accueilli le 31 octobre, le président de l'ECCAR, Benedetto Zacchiroli, accompagné de la vice présidente et adjointe au maire de la ville de Nancy, Lucienne Redercher, ainsi que d'autres représentants du réseau ECCAR (maire adjoint de la ville de Bordeaux, Marik Fetouh) qui se sont joints à plusieurs maires, conseillers municipaux, artistes et acteurs urbains du monde entier pour débattre du visage humain de l’urbanisation et de ses conséquences sur l’innovation et le développement durable, ainsi que sur le pouvoir de l’art comme vecteur d’inclusion et de non-discrimination.

Angela Melo, la Directrice des programmes et politiques du Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO, a accueilli plus de 300 participants réunis au cours de la journée de célébration, autour de tables rondes, performances artistiques et de la projection d’un film documentaire.

Quatre jeunes maires, qui ont défié les stéréotypes et mis en œuvre des modèles novateurs d'administration urbaine pour engager et responsabiliser leurs communautés, ont partagé leur pratique quotidienne au sein de discussions interactives. Parmi eux, le maire de Sheffield (Royaume-Uni), Magid Magid, un ancien réfugié somalien, Ted Terry, maire de Clarkston (Géorgie, États-Unis), une ville décrite comme « le kilomètre carré le plus diversifié d'Amérique », Teresita de Jesús Luiz Ojeda, une jeune maire autochtone de San Dionisio del Mar au Mexique et Chiraz Dhibi, le plus jeune maire de Tunisie de la ville de Hessi El Ferid. Parmi les autres orateurs notables figuraient les maires adjoints de Bordeaux (Marik Fetouh), de Boulogne Billancourt (Christine Bruneau), de Nancy (Lucienne Redercher) et de Saint Etienne (Marc Chassaubéné), ainsi que de la ville de Vantaa en Finlande (Hannu Penttilä), Son excellence l’Ambassadeure Elaine Ayotte (Canada) et des experts urbains tels que Shams Asadi (Commissaire aux droits de l’Homme à Vienne), Benedetto Zacchiroli (Président de ECCAR : Coalition européenne des villes contre le racisme), Alice Charles (Forum économique mondial), Phillipe Poullaouec-Gonidec (Chaire UNESCO en paysage et environnement), Atif Rizvi (Fondation CELL), Virginie Lepetit (Courrier International), Anne-Marie Melster (ARTPORT) et Francesca Merloni (Ambassadrice de bonne volonté pour les villes créatives de l’UNESCO).

Benedetto Zacchiroli, président de la Coalition européenne des villes contre le racisme (ECCAR) a souligné l’importance de créer davantage de synergies entre les réseaux de villes de l’UNESCO. « Nous ne pouvons pas être seuls. Les politiciens ont des points faibles. Dans un réseau, nous pouvons lutter ensemble », a-t-il déclaré.

L'adjoint au maire de Bordeaux chargé de l'égalité et de la citoyenneté a souligné l'importance de « rendre visibles les discriminations parfois rendues invisibles ». Il a également présenté la création d'un observatoire de l'égalité à Bordeaux et a souligné le « lien nécessaire entre prévention de la discrimination et prévention de la délinquance », rappelant son partenariat avec le Forum européen sur la sécurité urbaine (EFUS) sur le projet « Des villes justes et plus sûres pour tous », qui vise à rassembler les villes européennes pour qu'elles œuvrent à la prévention de la violence discriminatoire dans le contexte de la prévention de la délinquance.

Les célébrations organisées par l'UNESCO à Paris ont été reliées par webdiffusion en direct avec l'événement principal de la Journée mondiale des villes de Liverpool (Royaume-Uni), présidé par le maire Joe Anderson et la directrice exécutive d'ONU-Habitat, Maimunah Mohd Sharif. Le Sous-Directeur général pour la culture Ernesto Ottone R. a clôturé cette partie de la journée.

« Les artistes permettent aux gens d'ouvrir leurs esprits. Ils donnent du plaisir et donnent envie de partager le bonheur. C'est comme ça que la paix est construite. Un sourire peut vaincre toute forme de discrimination », a déclaré Lucienne Redercher, adjointe au maire de Nancy. « En soutenant la créativité, nous avons une révolution entre nos mains. » Lors des séquences artistiques de la Journée mondiale des villes, les artistes Kouka et Shuck One ont peint un mur public de graffitis avec tous les participants. L'artiste de renom Fabio Rieti, aujourd'hui âgé de 91 ans et l'un des tout premiers muralistes des rues de Paris, Lille et Vienne, a honoré l'événement. La session de graffiti a été suivie par une performance musicale donnée par les compagnies de danse hip-hop xTend et Atipik sous la coordination du chorégraphe Julien Cébil. La soirée a été clôturée par la projection du documentaire Sky’s The Limit : Les peintres de l’extrême, du réalisateur Jérôme Thomas, qui raconte l’histoire du muralisme et de son impact sur le paysage urbain ainsi que la façon dont une expression créative peut contribuer à la cohésion sociale.

« Les artistes donnent une personnalité aux villes. Les artistes jouent un rôle important dans la politique et peuvent parfois guider l'élaboration des politiques », a déclaré Benedetto Zacchiroli.

Accès à la galerie de photos ici

 

Share